top of page

Éphèse - Grandiose cité antique

plusieurs touristes devant la bibliothèque de Celsus en ruine

Éphèse, située dans la région d’Anatolie en Turquie, fut l’une des plus importantes villes de l’Antiquité. Moins connue que Rome, Athènes et Alexandrie, cette riche cité gréco-romaine bénéficiait d’un port sur la mer Égée qui a contribué à son essor. Elle a été maintes fois envahie par les peuples voisins, notamment les Grecs, les Perses et les Romains. Plusieurs personnages célèbrent ont foulé ses terres dont Alexandre le Grand et l’apôtre Paul. Depuis 150 ans, les fouilles au site archéologique d’Éphèse révèlent des pans de l’histoire de ce centre urbain qui a abrité le temple d’Artémis, l’une des sept merveilles du monde antique. Les habitations et les édifices publics mis au grand jour rappellent la splendeur du lieu durant l’Antiquité.


Selon plusieurs sources, Éphèse aurait été fondée au 11e siècle avant notre ère par les Ioniens, une tribu grecque. Malgré les invasions et les destructions qui ont marqué son histoire, la ville a connu plusieurs périodes fastes. Au 7e siècle av. J.-C., elle est devenue un centre intellectuel et artistique majeur en Méditerranée. Au 4e siècle av. J.-C, Alexandre le Grand a libéré la ville du joug des Perses. L'un de ses généraux du nom de Lysimaque lui a redonné un nouveau souffle. En l’an 133 avant notre ère, la région a été annexée à l’empire romain. Sous l’empereur Auguste, Éphèse est devenue la capitale de la partie occidentale de l’Asie mineure et l’une des trois plus grandes métropoles de l’empire. Selon le Ministère de la Culture et du Tourisme de Turquie, sa population est estimée entre 400 000 et 500 000 habitants en l’an 100 de notre ère.


La situation géographique de cette métropole fut avantageuse durant l’Antiquité non seulement pour le commerce entre l’Occident et l’Orient, mais également pour le partage des idées et des nouveaux courants de pensée. Ainsi, la cité est associée au début du christianisme. Saint Paul y est demeuré quelques années et a prêché dans le grand théâtre. Deux conciles œcuméniques se sont déroulés dans ses murs. Au cours des siècles suivants, l’ensablement du port et les invasions ont entraîné le déclin de l’agglomération.


Les travaux de restauration du site archéologique d’Éphèse ont mis en lumière des constructions exceptionnelles de l’Antiquité et apportent un éclairage sur la vie quotidienne des Éphésiens. Parmi ces ouvrages figure la bibliothèque de Celsus, construite au début du 2e siècle. Elle occupait le troisième rang des plus grandes bibliothèques du monde, derrière celles d’Alexandrie et de Pergame. Il ne reste toutefois que sa magnifique façade sur deux étages autrefois ornée de statues symbolisant la fortune, la sagesse, la science et la vertu. Lors d’un incendie en 262, 12 000 rouleaux de papyrus sont malheureusement partis en fumée.


vue de loui sur le grand théâtre avec la montagne en arrière

L’immense théâtre est très bien conservé. Ce monument date de l’époque hellénistique et pouvait accueillir 24 000 spectateurs. À l’époque romaine, il a été utilisé pour des combats de gladiateurs.


façade du temple d'Adrien avec la sculpture d'une femme

Le temple d'Adrien


De larges avenues, quelques fois en marbre, mènent aux différents monuments : le petit théâtre de 1 500 places, le temple dédié à l’empereur Hadrien, les thermes, les latrines et les riches demeures en terrasses.


Le temple d’Artémis

La maquette du temple d'Artémis

Le temple d’Artémis, érigé en 560 av. J.-C., a contribué à la renommée d’Éphèse. Les pèlerins de toute la Méditerranée se déplaçaient pour y vénérer la déesse Artémis. Les voyageurs ne pouvaient qu’apprécier ce monument dont la superficie surpassait deux fois celle du Parthénon d’Athènes. Il comportait plus de 120 colonnes de 19 m de haut disposées sur deux rangées sur les quatre côtés. Malheureusement, il ne reste que peu de vestiges de ce chef-d’œuvre. Il a été détruit par les Chrétiens en l’an 401 de notre ère.


La vidéo de 7:18 minutes présente la ville romaine d' Éphèse au 2e siècle.

Sources :


Photos :

Hakan Akgun, Unsplash; Murat Besbudak, Wikimedia Commons; Marie Daigneault; Murat Besbudak, Wikimedia Commons


06/2024

Comments


bottom of page