Le chemin de Tours (GR® 655) ou Via Turonensis débute à la tour Saint-Jacques à Paris et se termine à Saint-Jean-Pied-de-Port. Il s’étend sur plus ou moins 1 000 km¹. Au Moyen Âge, cette voie était l’une des plus fréquentées. Les pèlerins en provenance du nord de l’Europe se rejoignaient à Tours et se recueillaient sur le tombeau de saint Martin, l’un des saints les plus vénérés de l’époque.


Tout au long du chemin, le pèlerin ou simple marcheur appréciera un patrimoine varié allant des édifices romans du Moyen Âge aux châteaux Renaissance de la vallée de la Loire. En effet, le chemin traverse cette superbe région adoptée par les rois de France à la Renaissance, une période où les imposants châteaux et forteresses laissent place à d’élégantes et fastueuses résidences ainsi qu’à une nouvelle manière de vivre de la royauté et sa cour.


À côté des cathédrales toujours plus hautes comme celle de Saint-Gatien à Tours, de charmantes églises et autres bâtiments religieux résistent au poids des années - aidés par des travaux de rénovation - comme le baptistère Saint-Jean de Poitiers qui date de l’époque mérovingienne.

Enfin, la citadelle de Blaye nous plonge dans l’un des ouvrages qui révolutionnent les stratégies de défense en France au 17e siècle. Découvrez l'histoire de quelques sites magnifiques sur ce chemin. 

1 Agence des chemins de Compostelle. La voie de Tours [en ligne]. https://www.chemins-compostelle.com/itineraires/3/la-voie-de-tours

De Paris à Tours D’impressionnantes cathédrales 

17.1.2 Zairon, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons.jpg
17.8 Dbarshai, CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.jpg

Il n’est pas aisé de sélectionner un édifice qui rappelle l’histoire de France et qui se distingue par ses qualités architecturales, tant le choix est vaste.


À Paris, l’église Notre-Dame, construite au 12e siècle, n’a plus besoin de présentation. Elle figure parmi les plus belles cathédrales de France. Sur une des sections du chemin de Tours, la cathédrale Notre-Dame de Chartres représente « le monument par excellence de l’art gothique en France¹ ». Bâtie au 12e siècle², elle a su conserver la majorité des vitraux de l’époque : 176 merveilles où la couleur bleue est à l’honneur. Un véritable livre d’histoire sur la religion catholique s’offre aux regards des visiteurs. Le site Internet de la cathédrale présente chaque vitrail. Les neuf portails sont tout aussi remarquables. De nombreuses sculptures montrent l’évolution de cet art sur une période de 800 ans. Par ailleurs, cette église compte l’un des rares labyrinthes en France. Il invite celui qui le parcoure à la méditation et à la réflexion.


Sur une autre section du chemin de Tours se dresse à Orléans la cathédrale Sainte-Croix. Cette église gothique date de la fin du 13e siècle, mais les travaux se seraient échelonnés sur une période de 600 ans (1287-1829)³. Elle a été marquée par les guerres de religion, mais heureusement elle a été soutenue par plusieurs rois dont Henri IV et Louis XIV. Jeanne d’Arc est venue y prier. On peut aujourd’hui y admirer les boiseries sculptées de son chœur et les vitraux retraçant l’histoire de Jeanne d’Arc.

_ __________

Un coup d’oeil sur les nombreuses statues qui décorent l’église. Le site Internet de la cathédrale de Chartres offre beaucoup d’information sur son histoire, ses vitraux, etc.

https://www.cathedrale-chartres.org/cathedrale/monument/lhistoire/


 

La cathédrale d’Orléans a traversé les siècles grâce au soutien de quelques rois. La vidéo rappelle les plus importants faits de l’histoire de l’église dont le passage de Jeanne d’Arc.

1 UNESCO. Cathédrale de Chartres [en ligne]. https://whc.unesco.org/fr/list/81

2 Cathédrale Notre-Dame de Chartres. La cathédrale. Découvrez le patrimoine de la cathédrale [en ligne]. https://www.cathedrale-chartres.org/cathedrale/

3 Sainte-Croix Cathédrale d'orléans, Basilique royale. Découvrer et visiter la cathédrale [en ligne]. https://www.cathedrale-orleans.fr/visiter 

Le château de Blois Quatre périodes, quatre styles architecturaux

18.2 Mmo75, CC BY-SA 4.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa4.0, via Wikimedia Commons C
18.3 Fab5669, CC BY-SA 4.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa4.0, via Wikimedia Commons

Le château de Blois, situé sur la Loire, a été la résidence favorite des rois de France durant plusieurs siècles. Sept rois et dix reines y ont séjourné. Ils ont modifié les lieux pour satisfaire aux goûts de la cour et pour s’adapter à leur temps. Il en résulte un ouvrage magistral qui marie plusieurs styles architecturaux allant du 13e au 17e siècle¹. L’édifice comprend quatre ailes autour d’une cour intérieure et chacune d’elles reflète un courant architectural différent.
 

Au 9e siècle, les comtes de Blois commencent à bâtir à cet endroit stratégique une forteresse pour se protéger, entre autres, des Vikings. Les bâtiments sont par la suite constamment agrandis. Il ne reste que quelques témoins du Moyen Âge : une partie des remparts, des tours et une grande salle aujourd’hui appelée salle des États Généraux. En 1498, Louis XII ajoute au domaine une aile avec des façades alternant la brique et la pierre. Sa statue à cheval apparaît dans une niche au-dessus du portail principal. En 1515, le roi François 1er réaménage l’aile nord. On note alors les influences de la Renaissance italienne avec l’escalier en vis orné de pilastres et les loges. Au 17e siècle, la reine Marie de Médicis et son fils Gaston d’Orléans séjournent au château. Ce dernier veut un nouveau château, mais ses projets prendront fin trois années plus tard. Il aura le temps de construire une nouvelle partie dans un style classique avec des colonnes, des pilastres et des chapiteaux.
 

Aujourd’hui, le château fait revivre le passage de ces rois et reines qui y ont laissé leurs empreintes.

_ ______________

La visite de château de Blois permet de voir l’évolution de l’architecutre des résidences royales au cours des siècles.

1 Château royal de Blois. Histoire et architecture [en ligne]. https://www.chateaudeblois.fr/2074-histoire-et-architecture.htm 

Le château d’Amboise Digne témoin de la Renaissance française

19.3  Stefan K on Unsplash - sphoto-1624627922267-e3f096904292.jpg

Le château d’Amboise témoigne des transformations des résidences royales à la Renaissance. Durant cette période, les forteresses deviennent des châteaux aux lignes allongées. De grandes fenêtres rendent l’intérieur beaucoup plus confortable et agréable. Durant des siècles, le domaine a bénéficié des nouvelles techniques de construction et de l’influence de la Renaissance italienne.

En 1492¹, Charles VIII, né à Amboise, entreprend des travaux ambitieux pour faire de l’ancienne place forte un palais gothique somptueux. Il fait ériger deux bâtiments et une chapelle à l’emplacement d’un oratoire érigé par son père Louis XI. Il ajoute deux tours cavalières qui permettent aux chevaux et aux attelages d’accéder aux terrasses du château situées 40 m au-dessus de la ville. Le jeune roi meurt à 28 ans, mais ses successeurs, Louis XII et François 1er, élevé à cet endroit, poursuivent les travaux. Fasciné par les lettres et les arts, ce dernier invite au château plusieurs artistes italiens dont Léonard de Vinci. Il passera les trois dernières années de sa vie aux côtés du roi au château voisin du Clos Lucé. Il repose aujourd’hui dans la chapelle du château d’Amboise.

Cette résidence royale était cinq fois plus grande à l’époque de la Renaissance. Bien qu’amputée de plusieurs bâtiments, elle livre un pan de l’histoire des rois de France qui y ont séjourné. Les ailes Charles VIII et Louis XII comportent plusieurs pièces meublées qui montrent le raffinement de l’époque.

____________

La vidéo de 1:52 minute présente les salles, l’ameublement et la décoration de ce château.

1 Amboise Château royal. Le château au fil des siècles [en ligne]. https://www.chateau-amboise.com/fr/page-histoire 

Photo : Stefan Kon Unsplash

Tours

La cathédrale Saint-Gatien De remarquables verrières

20.1 Goldmund100, CC BY-SA 3.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa3.0, via Wikimedia Com
20.5 Zairon, CC BY-SA 4.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa4.0, via Wikimedia Commons

À l'emplacement de la cathédrale Saint-Gatien actuelle se trouvait au 4e siècle un premier sanctuaire de dimension modeste, puis un deuxième au 6e siècle. Enfin, un troisième de style roman au 12e siècle. L’église actuelle aurait été construite entre le 12e et le 16e siècle¹. Pour cette raison, elle présente plusieurs styles architecturaux. La base et les contreforts des tours sont d'époque romane, l'ornementation générale est du pur gothique rayonnant et flamboyant et les sommets des deux tours de 70 m sont dans le style Renaissance du début du 16e siècle.


 

La cathédrale possède de superbes vitraux (800 m²) dans son vaste chœur. Certaines verrières sont d'origine. Les plus belles se trouvent en haut du chœur. Elles sont au nombre de quinze et ont été mises en place à partir de 1255 jusqu'en 1267. Elles présentent des ressemblances avec celles de la Sainte-Chapelle à Paris. Plusieurs vitraux racontent la vie de saint Martin. Deux belles rosaces de style rayonnant se trouvent au transept. L'une d'entre elles sert d'arrière-plan à un buffet d'orgue du 16e siècle.

 

Le cloître de la Psalette (15e-16e siècles) jouxte la cathédrale au nord. Plusieurs expositions et animations y attendent les visiteurs.

 

Quelle belle vidéo de 5:36 minutes qui nous place au plus près des nombreux chefs d’oeuvre de la cathédrale.

 

1 Paroisse St-Maurice Cathédrale de Tours1 . Cathédrale Saint-Gatien [en ligne]. https://paroisse-cathedrale-tours.fr/cathedral/index

Photos: gauche Goldmund 100, Wikimédia Commons, droite Guillaume Piolle

Pau Le château d'illustres propriétaires

16.2 Wiskyfriend, CC BY-SA 3.0 ES httpscreativecommons.orglicensesby-sa3.0esdeed.en, via W
16.1 Superchilum, CC BY-SA 4.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa4.0, via Wikimedia Com

À l’origine de la ville, le château de Pau offre aux visiteurs un voyage de plus de mille ans dans l’histoire locale et nationale. D’illustres figures historiques sont associées à ce lieu.


Les premières mentions du château datent du 12e siècle¹. Mais c’est au 14e siècle que le domaine prend du lustre. À cette époque, le Béarn devient une principauté souveraine et Gaston Fébus, comte de Foix et vicomte de Béarn, fait du château une forteresse médiévale de premier ordre en construisant, entre autres, un donjon en briques de 33 m de hauteur et une enceinte en pierre. À la Renaissance, plusieurs transformations agrémentent le château : un escalier d'honneur, des lucarnes, des baies, un balcon et des décorations sculptées. On ajoute également de somptueux jardins.


En 1553, Jeanne d'Albret, reine de Navarre, met au monde au château le futur roi Henri IV. Il séjourne une partie de son enfance dans la région loin des fastes de la cour.


L’aspect actuel du château est lié aux grands travaux de restauration entrepris au 19e siècle par Louis-Philippe, puis par Napoléon III. Le visiteur peut se replonger à l'époque du « roi préféré des Français », celui qui a proclamé l'Édit de Nantes mettant fin aux conflits entre catholiques et protestants. Les pièces parfaitement décorées d'époque concourent à faire connaître l'histoire du château et de la région.

La vidéo de 2:27 minutes rappelle les grands moments de la ville de Pau et de son château.

 1 Musée national et Domaine du Château de Pau. Le château [en ligne]. https://chateau-pau.fr/le-chateau 

Photo: Wiskyfriend Wikimédia Commons

Poitiers

Le baptistère Saint-Jean Un des plus anciens monuments chrétiens d’Europe

21.1 Patrick Despoix, CC BY-SA 4.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa4.0, via Wikimedia

L’origine du baptistère Saint-Jean remonterait au début du 5e siècle¹. Pour cette raison, cet ouvrage, qui a été plusieurs fois remanié au cours des siècles, serait «l’un des baptistères les plus anciens conservés en Occident²». Ce monument de grande valeur contribue à améliorer la connaissance sur l’architecture mérovingienne.

Orné de colonnes de marbre, de chapiteaux sculptés et de peintures, l’édifice est constitué d’une salle rectangulaire entourée de trois absides. Il abrite une piscine baptismale de forme octogonale, utilisée pour le baptême par immersion.

Les peintures murales datant du 11e au 13e siècle sont impressionnantes. Un Christ en majesté, des anges, des apôtres entourent ainsi la salle.

En plus, des dizaines de sarcophages mérovingiens gisent au sol. Tous sculptés, ils constituent une partie des fouilles effectuées à Poitiers et dans ses environs. Ces sarcophages sont les témoins d’une coutume funéraire.

Lors d’un arrêt à Poitiers, il ne faudrait pas manquer de visiter d’autres édifices religieux exceptionnels dont l’église Notre-Dame-la-Grande, célèbre pour sa façade du 12e siècle.

Sur la vidéo, le baptistère nous livre quelques-uns de ses secrets.

 

1 Grand Poitiers. Focus Le Baptistère Saint-Jean Poitiers [en ligne]. https://www.grandpoitiers.fr/fileadmin/Publications/Poitiers/Focus_-_Baptistere_Saint-Jean.pdf

2 Ibid.

Photo: Patrick Despoix Wikimédia Commons

Melle

L’église Saint-Hilaire De l’ancien au nouveau

22.3 Biache Benoit, CC BY-SA 3.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa3.0, via Wikimedia C
22.2 Martpan, CC BY-SA 3.0 httpscreativecommons.orglicensesby-sa3.0, via Wikimedia Commons

Melle possède trois églises romanes. L'église Saint-Hilaire, située à l’extérieur des murs de la ville sur le chemin de Compostelle, est la plus grande d’entre elles. Du nom du premier évêque de Poitiers, mort en 367, l’église a été construite au tournant du 11e et 12e siècle¹ et dépendait de l’abbaye bénédictine de Saint-Jean-d’Angély. Au 19e siècle, le clocher, le mur sud de la nef et des parties hautes de la façade occidentale ont été restaurés. À l'intérieur, les chapiteaux du chœur ont été refaits. De plus, en 2011, un chœur en marbre blanc est venu apporter une touche contemporaine à l’édifice.

Par ailleurs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’église, la sculpture est omniprésente. Les fenêtres, les corniches et les chapiteaux ont tous été travaillés par des artistes sculpteurs. La porte latérale nord est ornée par un cavalier (restitué en 1872). Cette sculpture serait le seigneur de Melle protecteur de la population, représenté sous l’allégorie de Constantin.

Les chapiteaux de la nef sont majoritairement d'inspiration végétale. On note des sculptures de très belle qualité sur les chapiteaux du mur sud. Les sujets représentés sont très variés : des êtres hybrides, des scènes de la vie quotidienne (musiciens, acrobates), des personnages dans des rinceaux ou luttant avec des animaux.

Dans la vidéo de 6:34 minutes, le narrateur explique dans les détails la composition du choeur de style contemporain qui s’est greffé, il y a quelques années, à cette église du 11e siècle.

1 Agence des chemins de Compostelle. Église Saint-Hilaire [en ligne]. http://www.cheminscompostelle-patrimoinemondial.fr/fr/composantes/eglise-saint-hilaire-53 .

Photos : gauche Benoit Biache Wikimédia Commons droite Martpan Wikimédia Commons

La citadelle de Blaye Une des fortifications de Vauban 

24.3 citadelleBlayeUnesco_porteroyale_-_crédit_Blaye_tourisme_SteveLeClech_(11).jpg

Marcher sur les chemins de Compostelle offre la possibilité de découvrir différents types de constructions. La citadelle de Blaye est un complexe militaire réalisé par le célèbre Vauban et l’ingénieur Ferry à la fin du 17e sièclei. L’ensemble est entouré de courtines, de quatre bastions et de trois demi-lunes. Conçue pour contrôler la navigation sur l'estuaire de la Gironde, la citadelle est complétée par le fort Paté, sur l’île Paté, et par le fort Médoc, situé sur la rive opposée du fleuve. Avec ce dispositif unique en France, les Français pouvaient se défendre en effectuant des tirs croisés et ainsi empêcher l'ennemi de se rendre jusqu'à Bordeaux.

 

À l’époque, l'intérieur de la citadelle s’articulait autour d'une place d’armes, d'un couvent abritant des religieux de l’ordre des Minimes et de plusieurs bâtiments destinés au logement des troupes. Plusieurs éléments des fortifications médiévales sont conservés, parmi lesquels le château des Rudel et la Porte de Liverneuf .

De nos jours, les visiteurs peuvent apprécier cet exemple de l’architecture militaire en France. La citadelle de Blaye est inscrite au patrimoine de l’UNESCO et fait partie d’un réseau de 12 bâtiments fortifiés aux frontières de la France.

À noter que la citadelle de Blaye n’a été attaquée qu’une seule fois, en 1814, par la flotte anglaise. Elle a tenu bon jusqu’à la fin des hostilités entre la France et l’Angleterre.

_________

Promenade à la citadelle de Blaye, le complexe militaire imaginé par Vauban.

1 Blaye Bourg Terres d'estuaire. La citadelle de Blaye [en ligne]. https://www.bbte.fr/patrimoine/visiter-citadelle-blaye/ 

Photo : Blaye Tourisme Steve LeClech

Bordeaux Un patrimoine d’exception

guido-trautmann-60mEhafrvVs-unsplash.jpg
25.3 arpad-czapp-CKQKYrQ9RWw-unsplash (1).jpg
jane-ackerley--AuSYVHzqoQ-unsplash.jpg

Connue pour son miroir d’eau et la Cité du Vin depuis 2016, Bordeaux possède beaucoup d’autres attraits. Elle regroupe presque autant de monuments historiques que Paris. Elle est inscrite au patrimoine de l’UNESCO pour son « ensemble urbain et architectural exceptionnel ». Au fil des siècles, l’ancienne capitale de la Gaule aquitaine sous l’Empire romain a su préserver un milieu urbain harmonieux où le passé et le présent se côtoient.

 

Les efforts de la ville sont récompensés puisque trois édifices religieux figurent au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France. Il s’agit de la basilique Saint-Seurin, de la basilique Saint-Michel et de la cathédrale Saint-André.

 

La basilique Saint-Seurin¹ a été construite au 11e siècle sur une nécropole antique. De cette époque subsistent le porche, le chevet, la crypte et la base du clocher. Elle conserve plusieurs sarcophages des 6e et 7e siècles.

 

La cathédrale Saint-André², située sur la place Pey-Berland, a été consacrée en 1096 par le pape Urbain II, qui venait y prêcher la première croisade. Deux mariages royaux ont été célébrés dans l’église. Il s’agit du mariage d'Aliénor d’Aquitaine et de Louis VII, futur roi des Francs, en 1137, et de celui d’Anne d’Autriche et de Louis XIII, roi de France et de Navarre, en 1615. Au cours des dernières années, des rénovations ont redonné tout son faste au portail royal illustrant le Jugement dernier.

La basilique Saint-Michel, érigée à partir du 14e siècle³ , arbore un style gothique flamboyant. L’église compte pas moins de 14 chapelles dédiées à une confrérie ou une corporation différente. Des nombreuses œuvres d’art ornent les lieux.

 

Ces deux dernières églises possèdent chacune un clocher séparé. La flèche de la basilique Saint-Michel s’élève à 114 m de hauteur, l’une des plus hautes du Midi de la France.
 

La vidéo de 3:54 minutes présente la basilique Saint-Michel et quelques édifices emblématiques de la magnifique ville de Bordeaux.

1 Bordeaux Tourisme & Congrès. Basilique Saint-Seurin [en ligne]. https://www.bordeaux-tourisme.com/patrimoine-culturel/basilique-saint-seurin.

2 Agence des chemins de Compostelle. Cathédrale Saint-André [en ligne]. http://www.cheminscompostelle-patrimoinemondial.fr/fr/compos

3 Agence des chemins de Compostelle. Basilique Saint-Michel [en ligne]. http://www.cheminscompostelle-patrimoinemondial.fr/fr/composantes/basilique-saint-michel-9 

Photos : De gauche à droite :  Guido Trautmann, Unsplash, Jane Ackerley, Unsplash, Arpad Czapp, Unsplash

 

Pour ses précieux conseils et son regard critique sur les textes, un immense merci à Yves de Belleval, un Québécois passionné d’histoire et de patrimoine qui a parcouru près de 17 000 km sur les chemins de Compostelle ainsi qu'aux auteurs des vidéos qui ont gentiment autorisé le partage de leur travail.